En moyenne en France, 260 kg de déchets résiduels par habitant et par an sont destinés à la mise en décharge et à l'incinération. Les marges de progression sont encore très importantes pour détourner les déchets, car une grande part est évitable, recyclable ou compostable (un tiers de la poubelle des ménages est par exemple constituée de déchets organiques compostables)(source Zéro Waste France). Le tout jetable n'est plus une option, il faut que chacun s'engage, citoyens comme entreprises, à réduire drastiquement ses déchets. Pour cela la municipalité comme l'agglomération peuvent mettre en place des politiques incitatives visant à diminuer la quantité de déchets à traiter et à mieux valoriser tous les objets pouvant avoir une seconde vie. Les solutions sont multiples et nous attendons vos propositions ici qui permettraient de faire diminuer nos poubelles individuelles et collectives.
Amélioration du tri pour recyclage
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Systématisation du tri dans les écoles. Il est indispensable que les écoles de la ville soient toutes correctement sensibilisées et aménager pour gérer le tri des déchets à la source dans de bonnes conditions avec des poubelles adaptées. Le tri du papier et des déchets plastiques doit devenir un automatisme pour tous dès le plus jeune âge.
Mise en place systématisée de poubelles de recyclage dans les espaces publics en adaptant le message autour de ces poubelles pour que la démarche de tri soit mieux respectée.
Obligation pour les commerçants de respecter le tri pour recyclage sous peine de sanction. Mise en application de la loi sur les consignes de tri dans les supermarchés.
Commerces et artisanat de proximité.
Pour diminuer les distances parcourues donc la pollution, par rapport à l'achat de produits importés ; et développer une économie locale plus respectueuse des droits de l'humain au travail…
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Favoriser les circuits courts de consommation. - création de coopératives ou boutiques de vente de produits alimentaires et d'artisanat locaux - Rendre gratuit l'accès aux marchés pour les vendeurs locaux et bio - permettre une meilleure rémunération des producteurs - Catalogue/Annuaire en ligne de produits et commerces locaux pour rendre aussi faciles les achats à faible distance qu'internationaux
Mettre en place un incubateur / une pépinière d'artisanat. Pour encourager la fabrication locale des produits qui peuvent l'être (par exemple chaussures ? vêtements en lin, plante bien adaptée à notre territoire ? mobilier, brasserie etc...).
Des commerces à taille humaine.
Qui n'étendent pas la bétonisation des terres et créent plus d'emplois que les grandes surfaces.
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Limitation de l'extension des zones commerciales au profit des bâtiments existants.
Favoriser les marchés. - Augmenter la fréquence et/ou la durée des marchés. - les rendre plus accessibles.
Économie circulaire
Quand les déchets des uns sont les matières premières des autres, moins de ressources naturelles et d'énergies sont gaspillées.
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Etudier la possibilité de synergies locales entre acteurs économiques, logements et jardins, agriculture. Lancer un diagnostic de mesure des intrants et sortants sur le territoire (métaux, textile, papier/carton, verre, plastiques, carburants, alimentation, engrais…).
Lutter contre le gaspillage alimentaire
En France 1,3 millions de tonnes de nourriture consommable sont jetées chaque année. (Sources : ADEME, Ministère de l’Agroalimentaire) . Cela représente des consommations d'eau, ressources, énergie et transports purement gaspillées à produire inutilement ces denrées.
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Soutenir la redistribution des denrées alimentaires prêtes à être jetés : - Rendre obligatoire une récupération des invendus, produits à DLC courte ou DLUO dépassée des commerces d'alimentation & marchés, et leur valorisation dans une structure telle que conserverie, épicerie ou restaurant solidaire, soupe populaire, etc. - Installations de frigos urbains permettant de donner ses produits bientôt perdus.
Mise en route d'une véritable démarche zéro déchet
Pour qu’un territoire comme la commune de Beauvais et l’agglomération du Beauvaisis deviennent exemplaire en matière de réduction des déchets, il faut que l’organisation de la prévention, la gestion et le traitement des déchets soit remis à plat pour rendre le pôle prévention beaucoup plus actif.
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
La gestion séparée des biodéchets (épluchures et restes alimentaires) sous responsabilité des collectivités (obligatoire en Europe pour 2025), qui peut prendre différentes formes complémentaires : Collecte en porte à porte pour les particuliers sans solutions de compostage individuel (arrêt du ramassage de déchets verts (= tonte et branches) car possibilité de compostage individuel si présence d’espace vert) Distribution de bio-seaux pour faciliter le tri des biodéchets chez les habitants. Mise en place de composteurs collectifs en pied d’immeubles, gérés par les communes (ou par associations payés par la commune) Travail commun entre la commune et les bailleurs sociaux/copropriétés. Ouverture d’un centre/plateforme de compostage pour la commune et/ou l’agglomération. Possibilité de traitement aussi par méthanisation à condition de trouver un débouché pertinent au digestat. Ouverture d’un « poulailler municipal » où chaque habitant pourrait venir déposer ses biodéchets en échanges de quelques œufs. Sur le modèle de la vente de composteur par l’agglomération, proposer l’achat ou l’offre à titre gracieux d’un poulailler et de poules pour les maisons avec jardin. Mise en place de compost dans les écoles, tri des biodéchets dans les cantines et dans les administrations publiques de la commune pour un souci d’exemplarité.
La mise en place d’une tarification incitative (TI). Apprendre à générer moins de déchets et ne pas se contenter du « tout recyclage » est urgent car à peine 25% du plastique est recyclé en France et tous ne se recyclent pas, il nous faut apprendre à produire moins de déchets. Concrètement, on propose un forfait pour une quantité limitée en poids à l’année de la poubelle OMR (Ordures ménagères résiduelles) avec une poubelle pucée, et chaque kilo supplémentaire ramassé et traité sera à payer en supplément. La TI doit être adaptable en terme de tarif en fonction des quartiers et du taux de précarité. Globalement la TI doit être moins chère pour les habitats collectifs. La population doit être impliquée dans l’élaboration des règles de la TI. Sa mise en place doit etre accompagnée d'une politique de prévention et d’accompagnement pédagogique renforcée car elle nécessite que la population soit associée et informée précisément de l’intérêt de la démarche. Les alternatives pour la réduction des déchets doivent être pensées avant la mise en place de la TI. La diminution des coûts de traitement des déchets doit permettre d’augmenter le nombres d’emploi dans le secteur de la prévention/réduction des déchets : ouverture de postes dans la commune/l’agglomération, augmentation des subventions en faveur des associations, avec salariés en priorité, qui participent à ce travail de prévention (ressourceries, repair-café, atelier vélo …)
Limiter voire interdire l’utilisation de produits à usage unique. Supprimer les bouteilles plastiques et autres vaisselles jetables dans les réunions et événements de la ville et de l’agglomération dans un souci d’exemplarité. Interdire la vaisselle à usage unique en plastique (gobelets, assiettes, pailles, couverts) et inciter à ne pas remplacer le plastique par des contenants biodégradables (guère mieux en terme d’impact environnemental) mais plutôt par des contenants réutilisables. Mise à disposition des points d'eau potable dans les communes pour faciliter l'utilisation de gourdes réutilisables. Rendre obligatoire l’utilisation d’écocup consignées dans les festivals, fêtes de quartier et kermesses d’école. Mettre en place un système de kit de vaisselle à emprunter (sur le principe du OuiKit de ZéroWasteFrance) pour les animations scolaires et municipales.
Soutenir le retour à l’utilisation de la consigne dans les commerces. Organiser un appel à projet pour l’implantation d’une usine de lavage pour les entreprises de bouche du territoire ce qui donnerait une autonomie intéressante aux producteurs locaux et serait économique pour le producteur comme pour le consommateur.
Aider à l’installation de commerces de proximité qui proposeront des produits en vrac, local et bio pour maintenir des tarifs accessibles au plus grand nombre dans leur boutique. Aider financièrement ou diminuer les charges locatives/impôts locaux des commerces de proximité qui acceptent l’usage des contenants réutilisables de leurs clients.
Mise en place, à l’échelle de la ville (comme à Roubaix), d’un grand défi « Foyer Zéro Déchet » pour sensibiliser la population à la démarche, faire connaître les bonnes pratiques de réductions de déchet et montrer par la grande ampleur de ce projet que cette démarche est accessible à tous.
Prolonger la durée de vie des produits
Pour économiser ressources naturelles et énergie nécessaires à leur fabrication et recyclage/destruction, par rapport au cycle classique de consommation de produits neufs, et éviter incinération et enfouissement
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Des équipements collectifs encourageant la réparation individuelle des produits (formations, outillage) : - Créer un atelier avec outils en libre service. - Créer un fablab dans le but de réparation/reconstruction d'objets usagés. - Appuyer la mise en place d'un Repair'Café ou apprendre à réparer les objets du quotidien et développer des basses technologies (low-techs).
Favoriser le troc. - Installer des boites à don pour échanger des objets. - Créer des évènements "gratuit marché" régulièrement. L'idée est de créer une zone de gratuité : on arrive en laissant un objet que l'on n'utilise plus, ou les mains vides, et on repart avec un autre objet, ou pas. Cela agit concrètement sur le recyclage, la non-consommation de neuf mais aussi ça créé un lien social avec la récurrence de l'évènement, la rencontre entre les donneurs/preneurs.
Soutenir les solutions en faveur du réemploi comme moyen de réduction des encombrants des ménages. - généraliser, dans toutes les déchetteries, l'installation de containers pour déposer les objets réutilisables et des partenariats de complémentarité avec des structures de récupération-réutilisation. Ce système est déjà en place ou en projet dans certaines déchetteries du territoire. - Implanter des lieux de dépôt d'objets, et/ou de ventes des ressourceries/recycleries accessibles et connues du plus grand nombre, meme sans véhicule : - Soutenir financièrement les activités de récupération-réutilisation (Emmaüs, Les Ateliers Bergerette, vélos Beauvélo, friperie de l'APF, etc.) en les payant pour chaque tonne de matériel collectée, pour valider l'utilité environnementale (moins de ressources gaspillées, moins d'enfouissement ou incinération), économique (les déchets évités ne coûtent pas aux déchetteries) et sociale (petits prix, bénévolat et rencontres) de ces organisations et permettre leur pérennité.
Développer les solutions de réemploi/réutilisation des objets et matériaux à plus grande échelle. Les déchets des ménages ne représentent que 3,5 % des déchets en France (source ADEME 2010), il faut donc prévenir aussi la production de déchets des autres secteurs ! - Création d'une matériauthèque (bâtiment, culturel, artisanat …). - Création d'une Ressourcerie (seconde main) pour professionnels (bureaux et mobilier, informatique...).
Propreté de la voie publique
Les détritus jetés hors des filières de traitement des déchets (chewing-gum, sacs plastiques, mégots, papiers, restes de chantiers..) peuvent mettre des centaines voire des milliers d'années à se décomposer, selon les matériaux qui les composent. Ils représentent une pollution et des dangers pour la santé : contamination des sols et des nappes phréatiques, incendies, développement des maladies, disparitions d’espèces animales, etc.
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Pour dissuader les pollueurs, faire appliquer des sanctions lourdes pour le jet de déchet.
En préventif, augmenter l'impact des poubelles publiques : - augmenter leur nombre et notamment sur les trajets les plus touchés - utilisation des « nudges » ou « incitations douces » et l'humour pour inciter les passants à les utiliser
En curatif, rattraper les déchets diffus : - Organiser des sessions de nettoyage de la voie publique et rives - installer des grilles ou filtres sur les cours d'eau
Publicité
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Organisation d’une commission de gestion de la publicité  le but de cette commission serait de réguler les publicités marchandes des grandes enseignes au profit des associations et commerces locaux.
Interdiction d’installation de panneaux de publicités numérique dans la commune. Alors que les économies d’énergie sont plus que jamais essentielles dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, la généralisation de l’éclairage des panneaux publicitaires et le recours quasi systématique à des dispositifs mobiles propres à capter davantage l’attention du public représentent un gaspillage énergétique inacceptable. Un panneau de ce type éclairé et déroulant consomme autant d’électricité qu’un ménage pour ses besoins quotidiens ! Afin de diminuer la pollution sonore et lumineuse nocturne, de réaliser des économies d’énergie et d’assurer une exemplarité sur l’espace public en la matière, nous demandons que la loi interdise les dispositifs énergivores et animés (source association Résistance à l’Agression Publicitaire).
Faire appliquer la loi sur le dépôt en force des prospectus et intégrer les bailleurs sociaux, pour en limiter drastiquement la distribution.
Technologies de l'Information et de la Communication (TIC)
Elles sont fortement consommatrices d'énergie (serveurs) et de matières premières (fabrication du matériel).
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Encourager des comportements plus économes dans les usages informatique et web : - Sensibiliser le public à l'impact environnemental d'Internet. - favoriser l'utilisation des logiciels libres dans le fonctionnement des infrastructures collectives. Par rapport à leurs équivalents dits « propriétaires », qui sont dans une logique commerciale et d'hyper-consommation, les logiciels libres sont au contraire porteurs d'une dénonciation de l'obsolescence programmée : il permettent le réemploi , l'augmentation de la durée de vie du matériel, donc une économie de ressources. Ils favorisent les hébergements citoyens par opposition aux Data-centers. D'un point de vue gouvernance et culture, les logiciels libres se développent selon un mode participatif, et vont dans le sens du partage des savoirs sur le modèle de Wikipédia. Ils n'exploitent pas les données personnelles.
une industrie moins polluante.
Pas pertinentIntéressantPertinentImportantUrgentSans opinion
Limiter l'installation d'entreprises à activité à fort impact environnemental.